Bilan du défi : perdre 14 kilos en 8 mois

femme chic mur bleu

Il y a 8 mois, je m’étais lancé le défi fou de perdre 14 kilos en 8 mois.

Mon poids de départ : environ 79 kilos. Si tu veux savoir mon poids d’arrivée, lis jusqu’au bout 🙂

Je ne m’étais pas fixé d’objectif de perte de poids plus tôt car j’avais trop peur de retomber dans les crises de boulimie. La guérison des troubles du comportement alimentaire, après 13 ans, a été une telle renaissance ! J’ai d’abord profité de cette liberté dans ma relation à la nourriture. Et j’avais besoin d’être prête pour maigrir. Prête à savoir que je pouvais le faire sans retomber dans ce cycle infernal de compulsions / restrictions.

Pour atteindre mon objectif j’ai donc décidé de m’auto-coacher.

Le premier but étant de me sentir (encore) mieux dans ma peau. Et le deuxième but de l’expérience étant d’en tirer profit pour aider les clientes dans cet objectif en coaching. Car je suis convaincue qu’un bon coach doit avoir déjà vécu le sujet sur lequel il t’accompagne pour être légitime, n’est-ce pas ?

J’ai documenté mon expérience avec un premier bilan encourageant et mitigé à la fois ici .

Encourageant parce que pour la première fois de ma vie, j’ai perdu volontairement mon premier kilo sans restriction, sans avoir peur de retomber dans les troubles du comportement alimentaire.

Mitigé car ce n’est pas en perdant 1 kilo par mois que j’allais atteindre mon objectif 🙂

En revanche, mon état d’esprit vis à vis de la perte de poids a bien évolué. J’ai compris qu’il ne s’agissait pas de se forcer, ni de volonté. Se libérer du contrôle, et faire les bons choix pour sa santé. Manger est un acte naturel comme le fait de dormir. J’ai lâché la pression par rapport à mon objectif et ça m’a fait du bien !

 

Comment j’ai fait pour maigrir ?

Le processus mental de perte de poids était enclenché. J’ai fait confiance et j’ai continué sur mon chemin avec ces bonnes pratiques :

cuisiner le plus possible, et en gros pour la semaine.

– manger quand j’en ai envie en structurant autour de 2 ou 3 repas

– acheter et manger un maximum de produits naturels (non transformés)

– augmenter la consommation de fruits et légumes

– à fond sur les féculents et protéines pour limiter les fringales de sucres

– limiter les plats tout prêts.

Comme tu le vois dans ces quelques principes, il s’agit le plus souvent d’ajouter plutôt que de restreindre. C’est beaucoup plus simple à atteindre et ça marche aussi bien !

J’ai continué à manger en grandes quantités (je dois tourner entre 2000 et 2500 calories par jour), à part la première semaine où j’avais peu faim et la semaine où j’ai été  eu le covid et pas d’appétit. A noter que j’ai une activité physique importante, avec pratique quotidienne du yoga (je te renvoie d’ailleurs à l’interview qui explique comment le yoga m’a aidé indirectement à perdre du poids).

Souvent les femmes ont tendance à sous-estimer leur besoin calorique et croire que pour maigrir, il faut manger des salades vertes.

C’est tout le contraire : il faut relancer son métabolisme en mangeant beaucoup de féculents, des protéines pour limiter les fringales de sucre… Il y a une part d’effort conscient dans la mise en place de nouvelles habitudes progressives, et une part d’écoute de ses sensations et de confiance à faire à son corps. Les recettes d’Amandine Lescuyer m’accompagnent depuis plusieurs années et prouvent qu’on peut concilier gourmandise et bien manger (et en plus, vegan !).

plat de pâtes vegan

Je chemine donc tranquillement dans mon objectif de perte de poids, me pesant au début une fois par semaine.

Puis je teste une fois par jour. Bizarrement c’est plutôt rassurant car on appréhende moins le verdict et on se rend compte de toutes les fluctuations ! Cependant je n’encourage pas la pesée- du tout- pour les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire.

La crise

Et puis, environ 4 mois plus tard, c’est la crise… Pas mal de situations bloquées dans ma vie et PAF ! Je défonce un paquet de muesli, en mode bonne vieille crise de boulimie. Tu sais, la crise bien sale avec culpabilité, maux de ventre et tout le tintouin.

Mais la différence, c’est que je l’ai vécu et documenté comme une expérience scientifique. Je l’ai retranscrit dans ce bilan pour t’aider à mieux vivre et traverser les tiennes.  On leur donne une importance trop grande, au lieu de les voir comme des messagères que quelque chose d’autre ne va pas dans notre vie !

Et depuis ?

Depuis, plus aucune crise, j’ai intégré mes nouvelles habitudes de ne plus acheter de bonbons ou biscuits au supermarché, je continue de manger des légumes à chaque repas ou presque… Pas de culpabilité, mais aussi j’ai décidé en cours de route de mettre cet objectif de perte de poids de côté.

J’ai déjà bien minci , c’est moins impressionnant en termes de kilos que visuellement (poids de départ + ou – 79, poids à ce jour + ou – 75) qu’en termes de silhouette.

Si tu me suis sur Instagram tu peux voir l’évolution dans mes photos et vidéos, le visage s’est affiné, j’ai perdu du ventre. Mon entourage me fait remarquer à quel point j’ai fondu !

Si j’en crois mon objectif initial il me resterait encore 10 kilos à perdre. 

J’ai toujours envie de passer sous la barre symbolique des 70 kilos, pour atteindre 69 par exemple.

Mais en réalité je m’en fiche.

barista cuisine femme

Parce que si je reprends les raisons pour lesquelles j’ai voulu perdre du poids, je suis déjà bien comme ça pour 80 % :

Pourquoi je voulais maigrir :

  • Pour libérer de l’espace mental en pensant moins souvent à manger : j’avoue que j’ai envie de me concentrer encore plus sur mon travail de coach et prof de yoga. Parfois je n’ai pas envie de passer trop de temps à cuisiner ou manger. Mais en même temps, c’est un plaisir pour moi. Alors l’un dans l’autre j’ai trouvé un équilibre !
  • Aimer mon corps : quand je me regarde en sous-vêtements je me trouve plutôt canon ! Et déjà bien mieux qu’il y a plusieurs mois en arrière. Alors comme tout le monde il y a des parties que j’aime moins que d’autres, des jours où je ne peux pas me voir en peinture… Mais c’est la vie et au global j’aime et j’habite mon corps, qui est en bonne santé et c’est le principal pour moi !
  • Ne plus avoir mal au ventre : pendant des années à trop manger / manger trop de sucre j’avais des maux de ventre systématiques après les repas et ça faisait partie de mon quotidien. Maintenant je suis plus à l’écoute de mes sensations, et une chose qui m’a beaucoup aidé dans mon parcours c’est d’observer comment je me sens après un repas. Du coup, je me dirige naturellement vers des assiettes agréables ET qui ne vont pas me plomber (par exemple je préfère mille fois commander un pokébowl qu’un macdo).
  • Avoir plus souvent faim que la sensation d’avoir trop mangé : c’est là où j’ai certainement une marge de progression. Encore un travail à faire sur les quantités, car j’ai par exemple l’habitude bien ancrée de terminer mon repas par un dessert alors que je n’ai pas nécessairement faim ! Mais j’en suis consciente et je me sens de plus en plus libre vis à vis de ça.
  • Me prouver que je suis capable de maigrir : je suis fière d’avoir perdu ces quelques kilos en douceur, avec énormément de travail psychologique et aucune restriction physique ! Objectif atteint !
  • Ne plus avoir les cuisses qui frottent (non pas pour l’esthétique mais pour une question de confort physique l’été) : bon, pour ça il va falloir attendre encore 🙂
  • Me sentir plus légère : objectif atteint, je ressens différemment mon corps et il ne me pèse plus, je m’y sens bien et légère
  • Me trouver plus jolie et m’habiller plus facilement : encore une petite marge de progression mais au global, quand une fringue me plaît je la porte bien (j’ai appris les coupes qui me mettent en valeur). Niveau taille je rentre en général dans du 40 ou du M. Cependant, il est important de se rendre compte qu’on peut tout aussi bien prendre du S que du XL selon les coupes / marques et être OK avec ça. Le côté psychologique de se dire qu’on rentre dans telle ou telle taille, ça ne sert à rien si c’est pour se sentir boudinée !
  • Être plus performante dans mes activités sportives (boxe, yoga) : fini la boxe, je me suis concentrée à 100% sur ma formation de professeur de yoga qui se termine. Je commence à enseigner, je me sens complètement à l’aise dans ma peau pour cela !femme chic mur bleu

Bilan final

En résumé : je suis très satisfaite du chemin parcouru, de l’évolution de mon corps et de l’auto-coaching sur mes croyances limitantes vis à vis de la perte de poids. Il y avait tellement de pensées à modifier !

Si toi aussi tu as besoin et envie de te lancer dans cette aventure : avant de te lancer dans des plans alimentaires réfléchis à ton “identité de grosse” pour t’en débarrasser. Sinon, tu reviendras toujours à ton poids de départ.

Et bien sûr, le préalable est d’abord de guérir des troubles du comportement alimentaire, et de mener un travail sur la confiance en soi. Fais les choses POUR toi et non pas CONTRE toi ! Traite ton corps comme ton meilleur ami, ton partenaire, avec douceur et bienveillance.

Pour changer les résultats, il faut changer ses actions. Mais pour changer ses actions, il faut d’abord changer ses pensées !

Dis-moi en commentaire si tu as un objectif par rapport à ton corps (prendre ou perdre du poids, te débarrasser de complexes…) ?

Diffusez l'amour <3

10 thoughts on “Bilan du défi : perdre 14 kilos en 8 mois

  1. yseult

    Bravo pour ton parcours. De toutes façon si tu as une alimentation équilibrée et que tu ne fais pas trop d’écarts, et qu’en plus tu fais du sport tu t’affineras à coup sûr! Et le fait de laisser un peu tomber t’aidera surement aussi. Bonne continuation 😊

  2. Nicolas

    Bel article et delle démonstration de ce que devrait faire n’importe quel coach. Tester ce qu’il va enseigner. J’aime cette démarche logique et rationnelle ! Quant à ton défi : top ; apprendre sur soi, apprendre à se connaître par l’expérimentation ya rien de tel !

    1. Claire Castagne

      Merci beaucoup Nicolas pour ton retour qui me fait très plaisir !
      Oui je trouve ça important en tant que coach de vivre les sujets sur lesquels on accompagne. Même si on n’est pas là pour donner des conseils, on peut mieux comprendre le cheminement et les difficultés !

  3. Marie

    Bonjour Claire,

    Bravo pour tes résultats ! Le plus important de tout est de retrouver un rapport sain et sans culpabilité avec la nourriture.

    J’ai perdu 9kg depuis mars et ce qui m’a aidé, c’est de célébrer chaque petite victoire, de me peser régulièrement pour que mon cerveau “voit” la perte de poids et de me faire plaisir avec des recettes saines mais surtout savoureuses. Bref, j’adore toujours manger !

  4. Tya

    J’aurais besoin d’une dizaine de kilos de perte, surtout parce que j’adore danser et un corps plus léger et flexible me permettrait de mieux progresser. Je suis en train d’essayer de trouver la formule qui me correspond, et parfois je perds en peu la motivation. Merci pour ton témoignage, j’en avais vraiment besoin.

    1. Claire Castagne

      Bonjour Tya, merci pour ton partage et ravie si mon expérience peut t’aider 🙂 La danse est une superbe motivation ! Elle aide déjà à « habiter » son corps et se sentir vivant, car je suis convaincue que le point de départ du changement c’est l’acceptation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *